Le rôle du thérapeute

Que l’on parle de coach, de thérapeute ou d’accompagnant en développement personnel, peu importe la méthode que cette personne utilise, son rôle n’est absolument pas de vous guérir. Cette personne ne va pas vous ôter d’un coup tous vos maux ou vos problèmes… Ce n’est pas pour autant que vous n’avez pas besoin de sa présence dans votre processus de guérison.

Je vais vous expliquer le véritable rôle du thérapeute… avec un oeuf.

Admettons que votre but soit de faire cuire un oeuf au plat. Vous allez donc prendre une poêle anti-adhérente dernier cri qui répartit parfaitement la chaleur, la mettre sur le feu, puis y casser un oeuf. Vous allez ensuite laisser cuire quelques minutes en vous occupant d’autre chose, et finalement faire glisser l’oeuf de la poêle vers votre assiette.

Mais si votre but était uniquement de faire cuire un oeuf, pourquoi avez-vous utilisé une poêle ?

Vous auriez tout à fait pu casser l’oeuf directement sur la plaque de cuisson…
Ah mais comment être sûr que le blanc n’allait pas trop s’étaler ? Et pour peu que la cuisinière n’ait pas été parfaitement droite, votre oeuf aurait pu filer directement sur le sol. Sans parler de devoir gratter la plaque à la spatule pour le décoller… et en évitant de faire des rayures dessus !

Vous avez donc utilisé une poêle pour vous FACILITER la vie, pour délimiter l’espace de cuisson, et pour pouvoir relâcher votre attention, parce que vous savez que la poêle est faite pour ça, et adaptée à vos besoins.

 

Le thérapeute est une poêle.
C’est un adaptateur, un décodeur, qui va vous brancher à votre propre capacité de guérison, l’optimiser et assurer le service après-vente… dans le cadre d’une utilisation normale de celle-ci.
Son rôle est de faciliter votre guérison, de vous orienter efficacement en cernant le problème, de répartir de travail de manière équilibrée afin de ne pas brûler les étapes, de vous rassurer afin de lâcher prise quant au résultat que vous espérez.

Vous pourriez très bien y arriver sans, avec du temps et de la prise de tête. Vous avez tout à fait le droit d’aimer vous prendre la tête. Dans ce cas, allez-y gaiment !

Mais si vous être comme moi, et que vous décidez que vous avez mieux à faire de votre temps et de vos neurones, alors trouvez cette personne qui comprend où vous souhaitez aller et qui se sent les capacités de vous y accompagner avec aisance.

Pour cela, le meilleur moyen que je connaisse est de discuter ouvertement avec cette personne et de définir d’avance le ou les buts à atteindre ensemble.